Le régime sans gluten sans intolérance : bonne ou mauvaise idée ?

Le nombre de personnes intolérantes au gluten à divers degrés semble aller croissant d’années en années. Certains estiment qu’une personne sur 10 ne digère pas normalement ces protéines complexes du blé et autres céréales. Pour certains, pas le choix…. mais est-ce que tout le monde peut adopter un régime sans gluten

Les glutens sont des protéines contenues dans toutes les céréales, à l’instar des albumines que l’on trouve dans les œufs et de la caséine que l’on trouve dans le lait. Ces protéines géantes sont utilisées pour leur capacité à coaguler, à donner de la texture aux aliments. Le gluten est par exemple pratiquement indispensable pour former la mie du pain : les protéines agissent comme une colle entre les fibres d’amidon pour emprisonner les bulles d’air formées lors de la cuisson du pain et des pâtisseries.

Le plus efficace des glutens, la gliadine, très présent dans le blé (mais aussi l’orge ou le seigle), est également celui qui est le moins bien toléré par certaines personnes. Pour les intolérants, il faut alors se passer de céréales (en dehors du riz et du maïs, voire parfois de l’engrain ou du millet) et opter pour d’autres graines (comme le sarrasin et le quinoa) et autre types de farines (pomme de terre, tapioca, châtaigne, légumes secs).

La mode des régimes sans gluten… bien ou mal ?

Quelles protéines choisir ?

Le blé est loin d’être la seule plante capable de fournir une farine. Mais seules les farines contenant du gluten sont panifiables.

Récemment, de nombreuses personnes se sont mis au sans gluten sans raison particulière, ou simplement parce qu’ils pensent mal le digérer (sans diagnostic pour le vérifier).

Si cette mode est une véritable aubaine pour les cœliaques et autres intolérants véritables (les rayons des magasins s’étoffent et se remplissent !), la question est de savoir s’il est bon ou pas de s’y essayer sans raison.

Le régime sans gluten est bon pour la santé…

Oui, suivre un régime sans gluten pendant quelques temps c’est très bien, pour plusieurs raisons :

  • Cela pousse à utiliser d’autres aliments souvent très nutritifs, comme le quinoa, le sarrasin ou le riz complet
  • Cela amène plus de stimulation en cuisine, en obligeant à être inventif et à bousculer ses habitudes
  • Au final, on se retrouve généralement avec une alimentation plus variée et équilibrée

Tout le monde peut essayer, c’est simple et amusant !

… mais risqué sur la durée !

Le gluten, c’est comme le lait : si on arrête trop longtemps, on risque de ne plus pouvoir en remanger plus tard !

En effet, notre système digestif est ainsi fait que certains aliments ne peuvent plus être digérés si on arrête trop longtemps d’en consommer. C’est notamment le cas du lactose, sucre du lait que l’on cesse de digérer après le sevrage, que beaucoup de français ne font jamais vraiment.

Bref, vous l’autre compris : si vous suivez un régime sans gluten pendant de long mois, vous prenez le risque de devoir le continuer toute votre vie !

Quelle est la bonne solution ?

Comme pour tous les aliments, la clé est de varier ! Vous pouvez vous imposer des repas ou des « journées régimes », voire des semaines sur un thème : semaine végétarienne, semaine sans gluten, semaine poisson… tant que continuez à manger équilibré, ces petits régimes seront sans risque tout en stimulant votre imagination.

Mais si vous souhaitez réduire durablement la quantité de gluten dans votre alimentation (par choix de vie, ou parce que vous pensez être légèrement intolérant -j’insiste sur le légèrement-), continuez à en consommer régulièrement, mais par petite quantité : privilégiez le pain d’engrain (ou petit-épeautre), permettez-vous une tartine après un bon repas, un croissant le dimanche, etc.

Et comme toujours, en cas de doute, demandez conseil à votre médecin ! 😉

 

Auteur: bodyadmin

Partager ce post

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *