Pour perdre du poids, mangez moins vite !

C’est un conseil qui vient souvent, comme un truc de grand-mère auquel on attribue du bon sens, mais auquel on oublie de donner de l’importance… et pourtant, une étude japonaise montre clairement la corrélation entre la rapidité du repas… et le surpoids !

Manger moins vite réduirait le risque d’être obèse

… et ce, indépendamment du régime suivi. C’est ce que montre un étude japonaise publiée dans la revue médicale BMJ. L’étude, qui portait sur 59717 personnes atteintes de diabète de type II, a épluché les habitudes alimentaires du panel, ainsi que d’autres informations comme la consommation d’alcool, mensurations et IMC.

Ils ont été répartis en 3 groupes : ceux qui déclarent manger rapidement, ceux qui estiment manger normalement, et ceux qui prennent leur temps pour manger.

weight-2036971Il faut garder à l’esprit que cette étude porte sur une population diabétique, plus vulnérable que les personnes saines aux dérèglements alimentaires. Les résultats sont donc une version amplifiée de ce que vous pourriez observer en étant en bonne santé, mais cela reste intéressant à étudier.

Plusieurs conclusions intéressantes sont sorties de cette étude, en voici quelques-unes.

1. Les personnes qui mangent lentement ont un meilleur poids

On observe une corrélation forte entre durée des repas et IMC. Chez ceux qui mangent vite, l’IMC moyen est de 25, contre 22.5 pour ceux qui mangent lentement. Cela représente 7 kg de différence chez une personne mesurant 1m70. L’explication ? Une sensation de faim qui disparaît plus vite et une meilleure gestion des sucres absorbés.

Sans surprise, 45% des personnes diabétiques mangeant vite se retrouvent en surpoids, contre seulement 21,5% de celles qui se laissent le temps de manger.

2. Manger vite est mauvais pour le tour de taille

Un poids plus important peut être le signe d’une prise de graisse… ou de muscle. Pris seul, ce chiffre ne suffit pas. En revanche, l’étude montre que la population mangeant vite à un tour de taille moyen 6.7 cm plus important que ceux qui mangent lentement.

Le rapport taille-hanche est fortement corrélé à l’apparition de maladie cardiovasculaires et divers problèmes de santé, cela fait réfléchir !

3. Les mauvaises habitudes alimentaires vont de paire

L’étude a également répertorié 3 mauvaises habitudes : ceux qui zappent le petit déjeuner, ceux qui mangent moins de deux heures avant le coucher, et ceux qui grignotent après le dîner. Sans grande surprise, ceux qui mangent vite sont également les plus susceptibles de manger au mauvais moment, ou oublier le petit déjeuner.

Pas besoin de se transformer en escargot…

L’analogie est mal choisie, parce que les escargots mangent en réalité très vite, mais vous aurez saisi l’idée générale. Dans la plupart des points étudiés, les personnes qui mangent lentement obtiennent de meilleurs résultats, mais ceux qui déclarent manger à une vitesse « normale » ne sont jamais loin derrière. Ils déclarent même avoir un sommeil légèrement meilleurs, et sont moins enclins au grignotage en soirée.

Si vous êtes du genre à engloutir votre repas, commencez d’abord par adopter un rythme normal. Avalez une bouchée avant d’en prendre une autre, faites des pauses pour boire une petite gorgée d’eau, et attendez quelques minutes entre les plats. Un repas doit durer 20 minutes pour que la satiété arrive, c’est un bon objectif pour commencer.

 

 

Auteur: bodyadmin

Partager ce post

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *