Repas en poudre : le marché se développe

Ils s’appellent Soylent, Feed, Bertrand et vous vendent chacun avec leur petite touche un concept : un repas unique, équilibré et contenant tous les nutriments essentiels, sorte de panacée alimentaire qui selon les fabricants peut vous libérer définitivement de la cuisine et de la restauration… Petit point sur le phénomène.

feed-bertrand-soylent-vitaline

Mode passagère ou norme du futur ?

Quand nous vous avions parlé du phénomène il y a 3 ans, il quittait tout juste son nid américain et restait assez confidentiel en Europe. Depuis, les choses ont beaucoup bougé et de nombreux entrepreneurs se sont lancé dans ce nouveau « business ». Ils sont désormais plus d’une dizaine de marque sur le sol européen à proposer leurs produits. A l’origine uniquement proposé sous forme de poudre, ces aliments se trouvent également sous forme liquide (prête à boire) ou sous forme solide (barres).

En Made in France, vous trouverez les marques Feed et Vitaline, mais vous croiserez sans doute également le fabricant allemand Bertrand ou le britannique Huel. Si Soylent n’a jamais quitté le continent américain, le précurseur européen Jimmy Joy (qui s’appelait encore Joylent lors de notre premeir article) est également livrable en France.

Bien qu’ils soient tous doté de la même promesse de base (être une panacée alimentaire), ils cultivent chacun leur spécificité. Dans leur globalité, ils sont végétarien (avec protéines de lait) ou vegan (sans aucun produit animal). Parmi eux, il y a les sans gluten ou les bio, des versions pour les sportifs (enrichie en protéines) ou disponibles en goût salé, basé sur des produits naturels ou présentant des additifs, enrichis en probiotiques…

Le repas complet en poudre : depuis, on a testé !

Notre article de 2015 avait traité en détail des atouts et des limites du concept, mais nous n’avions pas eu la possibilité, ni le courage, de tester la solution pour de bon. Mais avec le temps, la curiosité à pris le dessus. Pour rappel, voici les points essentiels que l’on a évoqué dans notre précédent article.

Les plus :

  • C’est vraiment complet et équilibré, plus que n’importe quel repas ordinaire pris à part (et surtout un sandwich/plat sur le pouce)
  • Les ingrédients choisis sont de bonne qualité nutritive et en théorie pourraient remplacer tout autre nourriture
  • C’est pratique et relativement économique.

Les moins :

  • La mastication a un rôle dans l’humeur, la digestion et la santé des dents. Il est essentiel de conserver des aliments solides en complément.
  • La suppression de certains aliments (viande, gluten, caséine, allergènes) pendant une longue période peut favoriser ou aggraver les intolérance/allergies
  • On ne connait pas l’impact à long terme de la consommation d’un aliment unique, en particulier sur l’humeur, la digestion et la flore intestinale.

feedPour ce qui est de l’épreuve du terrain, nous n’avons contacté ni été contacté par aucun fabricant. Ce test n’en est pas vraiment un : un membre de l’équipe a simplement et à titre personnel commandé un sac de poudre de la marque Feed, goût tomate. La préparation est effectivement très simple ! 4 doses de poudre, 400 mL d’eau à température ambiante, secouez : c’est prêt.

Son impression : D’ordinaire, j’amène un repas cuisiné chez moi ou je prends un repas dans un des nombreux commerce aux alentours : pâtes, salade, sandwich… même en équilibrant avec des légumes (soupe, crudités), le pain industriel et les plats réchauffés ont un indice glycémique élevé. Résultat : un coup de barre, et la faim qui arrive sans crier gare vers 17 ou 18 heures. Le repas en poudre annonce faire mieux, alors essayons !

Le shaker est assez facile à boire, le goût est naturel et la sensation de faim est rapidement calmée. On ne peut pas en dire que ce soit un délice ni que ce soit un plaisir à boire, mais ça n’est pas désagréable. Pour situer, au goût c’est un peu à mi-chemin entre un porridge froid (bouillie d’avoine) et un gaspacho, avec la texture d’un milk-shake ou d’un smoothie. Pas génial, mais pas non plus extraterrestre !

J’ai mangé (bu ?) une dose standard (650 kCal environs) entre 12h30 et 13 heures. J’ai senti mon ventre bien plein et la faim totalement calmée toute l’après-midi. Un tout petit creux est arrivé vers 17 heures, qu’une pomme a suffit a calmer jusqu’au repas du soir pris à 19 heures. Pas de « coup de barre » ou creux glycémique : c’est donc un bon signe quant à la qualité des glucides apportés à la recette. Comme substitut occasionnel, je conseille. Ca peut aussi être un bon moyen pour compléter un repas un peu léger. Si je ne me vois pas en manger tous les jours, ça m’a donné envie de tester d’autres saveurs et d’autres marques, et je pense en faire un ou deux repas par semaine.

Si vous voulez trouver une liste de produits disponibles en Europe, c’est ici 

Auteur: bodyadmin

Partager ce post

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *