Le korfbal, le basket-like du Benelux !

Il parait curieux de placer le korfbal parmi les sports « nouveaux », puisqu’il existe depuis un siècle… mais il est tellement peu connu qu’il reste en devenir et mérite d’être présenté comme petit nouveau ! 

Un des rares sports mixtes pensé comme tel !

Le Korfbal (ou korfball, mais c’est moins correct !) a été intenté par un enseignant hollandais, Nico broekhuysen, cherchant un sport adapté à des equipe mixtes de garçons et de filles. Inspiré du Ring-Ball suédois, il n’a cependant pas de parenté connue avec le basket-ball américain… bien que son nom en soit la traduction exacte (balle au panier).

Chose rare, le korfball est un sport mixte et paritaire : il est non seulement ouvert aux deux sexes sur le terrain, mais demande une distribution parfaite des postes entre homme et femmes.

Le korfbal en résumé…

ballon-korfballLe Korfbal est pratiqué en intérieur sur un terrain de 40×20 mètres, découpé en deux camps, dans lesquels se trouve un poteau portant un panier. Ce sport oppose deux équipes de 8 joueurs, chacune composée de 4 attaquants et 4 défenseurs. Chacun de ses groupes doit être constitué de deux hommes et deux femmes, assurant une homogénéité dans les équipes.

Le jeu se déroule de façon similaire au basketball, avec un ballon semblable à celui du football. La principale différence avec son cousin populaire est qu’il n’y a pas de dribble : il est interdit de se déplacer avec le ballon. En outre, le marquage des joueurs est aussi très encadré (pas plusieurs joueurs en même temps, ni une personne de sexe opposé), et les contacts physiques sont proscrits. Il est également interdit de tirer vers le panier quand un défenseur s’interpose entre l’attaquant et le panier.

Le match arrive à son terme au bout de deux mi-temps de 30 minutes. Tous les deux points, attaquants et défenseurs se permutent, forçant les joueurs à être polyvalents. L’équipe qui marque le plus de panier remporte bien entendu le match.

Une spécialité belge et néerlandaise

korfballNé en plein coeur du Benelux, c’est sans surprise que le sport se soit épanoui dans les provinces néerlandophones. Il y a ainsi près de 600 clubs de Korfbal aux Pays-Bas, et un nombre conséquent en Belgique. Le sport connait également un certain succès à Taiwan, et dans une moindre mesure en Grande-Bretagne, en République Tchèque et en Allemagne.

Question palmarès, on retrouve la même répartition, avec une domination totale des néerlandais, battus une seule fois en championnat du monde par les belges, en 1991. Ces deux équipes ont par ailleurs disputé toutes les finales, ne laissant aux autres nations qu’un espoir de troisième place.

Un renouveau en France ?

En France, la FKF (Fédération Korfbal France) recense 14 clubs, dont onze se trouvent dans un rayon de 60 km autour Saint-Etienne, seule région où le Korfbal connait un réel engouement, et où évoluent les 3 clubs en tête de palmarès : Bonson, Firminy et FC Côte Durieux.

Le Korfbal français avait connu une pointe de popularité en 1992, avec l’organisation de la coupe d’Europe à Saint-Etienne. A l’époque, 35 clubs maillaient le territoire, et le sport était pratiqué dans le milieu scolaire. Mais cet engouement a diminué au cours des années 2000. Aujourd’hui cependant, on assiste à un regain de popularité de ce sport, qui a regagné les écoles. Le début d’une nouvelle vague ?

Le korfbal en image

Auteur: bodyadmin

Partager ce post